Follow by Email

Thursday, 8 January 2015

#JeSuisCharlie



7 janvier : je m’habille, me maquille (chose rare). Le bus 48 me conduit à Liverpool Street où j’ai une interview pour un job. Tout se passe tranquille, même si évidemment je n’ai aucune idée de comment me vendre. Je ne panique pas, j’oublie juste ce que je sais faire ou j’explique mal comment je sais faire. Mais il y a un chien, en bas, il me rassure.
Apres, une bonne vingtaine d’années passées dans ce bled de Londres, j’arrive encore à me perdre dans ses rues, qui me semblent étrangement vides, autour de Liverpool Street. Je suis une éternelle touriste ! Je me refugie à Tesco pour quelque shopping impromptu et le supermarché a eu la bonne idée de placer une TV écran plasma pendant mon attente à la caisse. Comme le son est « off », je lis : « Paris attentat ». Il est midi, heure de Londres – 13 heures à Paris. Je scotche sur les images qui défilent… je paie, re-48, internet.
C’est Charlie qu’on assassine ! On a tiré sur Charlie Hebdo à la Kalachnikov. Non, mais… ok, ils ont des « unes » et des moins « unes » un peu tranchées sur les cathos, les juifs, François Hollande, Dieudonné, Hitler, les musulmans, le FN, Obélix, Léonarda… C’est vrai qu’ils tapent pas trop sur les athées ou les agnos ! Donc on est sûrs, ca peut pas être les non religieux qui ont fait le coup. Après, ça en fait du monde énervé. Mais en même temps, on sait bien que c’est de l’humour et ça fait depuis 1970 qu’ils ont le crayon satirique et le verbe caustique : des trucs qui font du bien là où ça fait mal ; un réveille-matin qui dure toute la journée ; une politesse à l’inverse !



Je regarde l’écran de l’ordi : Courrier International, Libération, Le Monde, Rue89, Les Inrocks… Je suis française et je suis Charlie ! A chaque moment, j’me dis qu’ils se trompent. On s’invite pas chez Charlie avec une Kalach quoi. Au pire, on y va avec une bonne bouteille et des cacahuètes pour l’apéro ! C’est bon, on se calme, même si on se prend une claque graphique ou un hématome au sourcil, on finit tous par rire de soi (mais surtout des autres c’est quand même plus drôle).

Eh bien non, y’en a qui se sont fait des tresses avec les poils de leur cul et ils n’arrivent plus à péter tranquilou. Du coup, ils se mettent une cagoule et ils caguent en public, comme ça, histoire de dire que le crayon est plus fort et qu’il faut le faire taire. Qu’un cerveau qui pense et qui produit des mots et des dessins, c’est forcément dangereux.



Moi, je crois que le QG des Kalach rampantes se trouve place Frehel, Paris XX. Les mecs, à force de voir « Il faut se mefier des mots » de Ben, ils se sont auto-brainwashed et ils ont flippé. Ben oui, pour eux, un mot n’a qu’une destinée, celle d’offenser… faut comprendre aussi ! D’un côté, t’as des mecs style Cabu et Wolinski et Charb et les autres qui passent leur temps à se bidonner sur des sujets sociétaux et qu’ils détournent malicieusement d’un coup de plume ; et de l’autre, t’as des mecs qui se sont auto-programmés pour flipper de tout ce qui bouge (ou pas)… et comme ils ont la gâchette aussi facile que leurs interlocuteurs, ils dégomment parce qu’en face d’eux, ces « ados retardés » refusent de gommer.

 A Charlie Hebdo
plus bas

La bande à Charlie était en réunion, peinard, avec l’idée de se taper un bon gueuleton bien arrosé après, et les Kalach ont tout rasé. Ceux qui font couler l’encre... c'est leur sang qui a coulé, leurs protecteurs avec : Ahmed, Elsa, Franck, Frédéric, Michel, Mustapha, Honoré, Tignou, Bernard, Charb, Wolinski, Cabu.



Je me suis poignardée le troisième œil pour ne plus voir le future parce que même l’instant présent est un peu insoutenable. Alors, pour changer de vision, je suis tombée sur l’ « ami » FB Tom Hunter qui postait un article sur lui. J’ai commenté « j’aime comme tu sélectionnes ceux à qui tu donnes une voix ». Il a viré. J’ai refait le même commentaire et j’ai rajouté qu’il m’avait censurée (l’enfoiré) ! Il m’a virée, bloquée, posté qu’il était Charlie. Je n’étais même pas énervée… un type aussi vide qu’un foutre frigide de Kalach!
Je suis rayée de la Somerset House parce que je n’entre pas dans leur mo(n)de capitalisto-discrimination ; je ne suis plus invitée à écrire sur Le Sel de la terre ou The connection ; pareil pour National Gallery et leur futurs frères de prod etc.



Bref, ceux de la Kalach sont les mêmes que les balayeurs de presse (ceux qui s’abritent derrière un mur charitable pour silencieusement appliquer une discrimination et un capitalisme sournois sans relâche) ! Ce camp qui fait taire pour vivre dans une société Gattaca-esque ultra aseptisée, javellisée, sans poussières acerbes ! Leur petit monde fascisant qui ne fait pas bon ménage avec l’humour et les sarcasmes de ces « racoleurs » de la pensée, de la libre expression… du crayon !



Il parait que Cabu était pour une fois en avance au ciel…. Si, c’est Zep qui l’a dit !


Et puis Louison dit qu’ils sont déjà très occupés  



#PlusJamaisCa à #JeSuisCharlie ou #Ailleurs !


Ne le 7 janvier 



Presse d’ici et d’’ailleurs en « une » le 8 janvier 2015 via Les Inrocks / Libe ; http://www.lesinrocks.com/2015/01/08/actualite/tous-des-charlie-la-presse-etrangere-rend-un-hommage-unanime-charlie-hebdo-11544804/diaporama/
Cabu sur Arte = http://info.arte.tv/fr/cabu-le-droit-la-caricature 

Cabu et Mano Solo chantent La Java du Diable : https://www.youtube.com/watch?v=VmUH9u99JUQ

Rachid Taha et Carte de Sejour, Douce France : https://www.youtube.com/watch?v=BRwpjFW82G8

Other related posts:



#JeSuisCharlie pour babylondonorbital@gmail.com

No comments:

Post a Comment